Violences insidieuses dans la relation mère-fille.
conférence de Marie-Claude Argant-Le Clair
Samedi le 02 février 2002

Une violence insidieuse exercée par la mère sur sa fille peut empêcher cette dernière d'accéder à son féminin génital qui n'est ni la féminité, ni le maternel. Comme cadre théorique, les argumentations principalement de J.Schaeffer et les réflexions de H.Deutsch, J.Rivière, de M.Cournut et d'autres auteurs serviront de toile de fond. Le refus du féminin dont les racines sont profondes peut s'installer en filigrane et commencer parfois à se dessiner dès la naissance du bébé fille à partir de sa non acceptation en raison de son sexe. Cette violence première peut prendre d'autres formes et des plus diverses, ce que les exemples cliniques apportées permettront de découvrir. Il ne s'agit ni de violence physique avérée comme l'excision bien connue ou les coups et blessures accompagnant les injures verbales fruits d'un conflit ouvert mère-fille. Ce qui sera mis en évidence c'est ce qui dans le lien mère-fille, se faufile parfois subrepticement dans un interstice de la relation, créant une brèche, une fissure, une fêlure qui fait violence au moi de la fille, fracasse son narcissisme et se dévoile progressivement dans une entrave à son féminin incapable d'advenir en dépit de « l'amant de jouissance ».


Marie-Claude Argant-Le Clair

Chercheuse indépendante. Marie-Claude Argant-Le Clair est psychologue et psychothérapeute en pratique privée, elle travaille auprès des adultes, enfants et adolescents. Elle a publié dans plusieurs revues: Prisme, Filigrane, Revue Belge de psychanalyse en plus de donner des conférences sur des questions reliées à la bisexualité, au désir d'enfant, à la parentalité, à la grossesse et à ses manifestations psychologiques dans des cultures différentes.