L'ANOREXIE - Propos sur les états de la jouissance
conférence de Marc-Léopold Lévy
Jeudi le 06 novembre 2008

Dès son origine, l’organisme humain est pris dans la parole de l’autre. À sa naissance, il devient l’objet de l’adresse parentale. Cette désignation, imprégnée des désirs et de la jouissance de chacun des parents, le divise en le perturbant. Perdant à tout jamais la plénitude d’une consistance qu’il ne cessera de rechercher, l’organisme désire retourner au paradis perdu – perdu irrémédiablement comme l’est l’objet « a » lacanien. L’objet a ne fonctionne que par métonymie, car dans tout objet de désir gît l’espoir de retrouver cette jouissance première mais qui, paradoxalement, ne le devient qu’après coup !

Cette perturbation, fondatrice du désir, est marquée d’une jouissance qui fait d’elle l’origine du masochisme primaire. Ainsi, nous comprenons que seul le masochisme, comme gain d’existence, dégage l’individu de la jouissance incestueuse du retour au paradis perdu dont l’objet-mère n’est que la métaphore. Ce désir de retour sera la source de la pulsion de mort. Marc-Léopold Lévy propose d’éclairer cette question très complexe du nouage des pulsions.


Marc-Léopold Lévy

À Paris, il est directeur de l'École de psychanalyse laïque, membre du cercle freudien et de l'Association psychanalyse et médecine. Auteur du livre: Critique de la jouissance comme une, Paris, Érès, 2003