Souffrances primitives et travail d'attention, l'hypothèse d'une symbolisation «au présent»
conférence de Denis Mellier
Vendredi le 18 avril 2008

La clinique actuelle nous confronte de plus en plus à des situations où la souffrance est diffuse, la temporalité psychique déniée et où la demande n'est pas explicite, tout spécialement dans le travail clinique en institution ou en prévention. Dans ce contexte les repères classiques de l'intervention psychanalytique ne sont pas toujours suffisants car implicitement construits à partir d'une demande verbale. Par ailleurs de nombreux travaux actuels mettent maintenant l'accent sur l'existence d'une symbolisation primaire (R. Roussillon), en présence de l'objet (B. Golse) ou "au présent" (D. Stern). J'essaierai ainsi de mettre en relief le travail d'attention propre à ce type de symbolisation, à ce registre très primitif de la psyché où le sujet peut s'absenter de sa souffrance. Les travaux de S. Freud, W. Bion, D. Houzel et G. Haag seront présentés dans ce sens. Pour faire face à ces situations, les caractéristiques "attractives" des dispositifs de soin psychique seront également réévalués.


Denis Mellier

Maître de conférences, HDR, qualifié Professeur, Centre de Recherche en Psychologie et Psychopathologie Cliniques (CRPPC), Institut de psychologie, Université Lumière Lyon 2. Psychologue clinicien, Psychothérapeute, Formateur à l?observation du bébé selon Esther Bick, Membre de la Société Française de Psychothérapie Psychanalytique de Groupe, Membre de la WAIMH (Association mondiale pour la santé mentale du nourrisson). Auteur de différents ouvrages sur la petite enfance (L?inconscient à la crèche (Érès), L?observation du bébé : un soin, Vie émotionnelle et souffrance des bébés (Dunod), Le temps du bébé (Dunod), et « Les «bébés en détresse». Intersubjectivité et travail de lien» (PUF).