L'HOMICIDE INTRA FAMILIAL...ENJEUX INTRA PSYCHIQUES
conférence de Suzanne Léveillée et Julie Lefebvre
Vendredi le 19 octobre 2007 à 14h00 - DS-1950

De plus en plus de psychanalystes (par exemple, Bergeret et Balier) s’intéressent à une meilleure compréhension des passages à l’acte violents. En partant du constat que l’objet externe qui est attaqué serait identifié à un objet interne « fantasmatique », détruire quelqu’un en soi-même, nous allons nous interroger sur les processus internes qui peuvent entraîner les passages à l’acte dans la famille. L’objectif de notre présentation est de faire l’analyse du fonctionnement intrapsychique des familicides (hommes ayant tué leur conjointe et un ou plusieurs de leurs enfants), et d’autre part, des uxoricides (hommes ayant tué leur conjointe). Dans un premier temps, nous présenterons l’ampleur du phénomène, ensuite, nous ferons un relevé des études existantes sur l’homicide familial et enfin, nous ferons une analyse de cas cliniques d’hommes qui ont fait un familicide ou un uxoricide au Québec. Cette présentation permettra de mieux comprendre les enjeux intrapsychiques de ces deux groupes d’hommes.


Suzanne Léveillée

Suzanne Léveillée, Ph.D., est professeure au département de psychologie à l’Université du Québec à Trois-Rivières et psychologue. Elle travaille sur le passage à l’acte, tel que la violence conjugale et l’homicide familial. Les travaux de madame Léveillée portent aussi sur l’évaluation et l’intervention auprès des personnes qui ont un trouble de la personnalité limite (enjeux entourant le cadre thérapeutique en psychothérapie analytique avec ces personnes). De plus, elle est spécialisée au niveau du psychodiagnostic à partir des méthodes projectives.


Julie Lefebvre

Julie Lefebvre, Ph.D., est professeure au département de psychologie à l’Université du Québec à Trois-Rivières. Elle est également psychologue en bureau privé. Les intérêts de recherche de madame Lefebvre portent plus particulièrement sur la violence conjugale et l’homicide familial (notamment l’uxoricide). Elle s’intéresse également aux méthodes projectives.


DS-1950
UQAM, Pavillon De Sève, 305 rue Christin, local DS-1950, 1er étage