Y a-t-il du sublime dans la sublimation ?
conférence de Monique Trottier
Mercredi le 01 septembre 2004 - DS-1950

Le thème étudié sera la sublimation, dans ses caractéristiques générales, en tant que processus psychique né de la dérivation d’une énergie sexuelle vers des activités non sexuelles, par exemple, le travail intellectuel ou la production artistique. Faut-il percevoir ce processus comme un mécanisme de défense? Est-elle réservée uniquement aux «privilégiés» dont l’œuvre produite est source de notoriété? D’une part, souvent contestée en tant que valeur qui offre une issue au sujet dans ses confrontations à la vie en société, d’autre part, perçue comme un prolongement à prévoir au traitement psychanalytique, cette notion reste soit mal définie, ambiguë, et plus particulièrement,
par l’évitement du sexuel qu’elle suppose, elle est souvent perçue comme un mouvement évitant la vie et ainsi, devenant un représentant de la pulsion de mort. Et pourtant! que deviendraient les sujets d’une société s’ils ne pouvaient compter sur les nombreuses issues intellectuelles, artistiques ou récréatives? C’est ce débat que cette présentation met à l’ordre du jour.


Monique Trottier

Psychanalyste, membre de la Société Canadienne de Psychanalyse, et de la Société de Psychanalyse de Montréal, graduée de l?Université de Montréal, puis de l?Université de Columbia, (maîtrise en service social, avec spécialisation en service social psychiatrique), elle a travaillé principalement
avec une clientèle d?enfants présentant des problèmes affectifs, puis avec
une clientèle de l?hôpital psychiatrique.


DS-1950
UQAM, Pavillon De Sève, 305 rue Christin, local DS-1950, 1er étage



TEXTE
Un texte en rapport à cette conférence est disponible