DES FANTÔMES DANS LA VOIX. UNE HYPOTHÈSE NEUROPSYCHANALYTIQUE SUR LA STRUCTURE DE L’INCONSCIENT
de Ariane Bazan
Vendredi le 19 septembre 2014 à 14h00

Il sera question de certaines propositions sur la structure linguistique de l’inconscient. Ainsi, nos voix sont hantées par des fantômes que nous transportons à notre insu de génération en génération et qui nous parlent de notre histoire, de notre descendance et de notre identité. Ces fantômes peuvent refaire surface dans nos rêves, lapsus et symptômes. La psychopathologie, c’est la pathologie du fantôme, du signifiant indicible mais néanmoins transmis. Tel un membre fantôme, ce signifiant bien qu’absent est investi d’une pulsion ou d’une intention, mais son articulation est bloquée. La structure ambiguë du langage permet cependant la survie et donc la transmission du fantôme phonémique, ce qui n’est pas le cas des membres fantômes.

ENDROIT UQAM, Pavillon 100, local SU-R-360
100, rue Sherbrooke ouest, Métro Place-des-Arts
ENTRÉE LIBRE


Ariane Bazan

professeur de psychologie clinique à l’Université libre de Bruxelles et psychanalyste. Auteure du livre Des fantômes dans la voix, Liber, 2007